Fuel

Fuel

// Cayetano Soto

Dans cette nouvelle création, Cayetano Soto s’inspire de Fuel, une œuvre symphonique pour cordes de Julia Wolfe. La compositrice américaine transpose le monde de l’industrie moderne avec ses machines et ses combustibles en sourds bruits métalliques. Soto ramène le corps humain à cette idée d’une substance unique qui garde le monde en perpétuelle agitation; comme si le danseur, fut, lui aussi, animé de cette mystérieuse énergie. Le chorégraphe alterne en contraste, défiant des pas de deux dynamiques et d’une exécution technique virtuose, à des moments statiques, immobiles. Dans ces moments d’apparents ralentis, les danseurs se tiennent seuls, incapables de repos. Inversement, ils s’agitent nerveusement de petits mouvements saccadés, comme s’ils étaient en recharge. Invariablement, ils sont balayés, épuisent leur énergie, jusqu’à ce que leur réservoir se soit vidé.

« La première mondiale – Fuel, du chorégraphe espagnol Cayetano Soto – était frénétique, agitée, incroyablement agressive, provoquant des sensations d’anxiété et d’épuisement au sein du public laquelle était enfoncée dans leur siège gardant le silence jusqu’à la fin de la pièce, avant que le théâtre n’explose en bravos et en applaudissements. (…) Ils (Les danseurs) tournent et combattent, les hommes ressemblant à des créatures fantastiques tout droit sorties d’un roman de Tolkien : monstrueux, puissants et souples, arquant leurs dos et courbant leurs épaules avec la fluidité d’une créature, prête à attaquer. (…) Cette danse envoutante a été déconcertante mais tellement époustouflante dans son étrangeté et son agitation, que même lorsque les danseurs arrêtent de danser il semblerait que leurs mouvements continuent. C’était impossible de détourner son regard. »

Andréa Nemetz, The Chronicle Herald, Halifax, Canada, 4 novembre 2011

bjm