Archives de la catégorie : Nouvelles

Ballets Jazz Montréal dévoilent le programme de leur 50e anniversaire

 

Ballets Jazz Montréal dévoilent le programme de leur 50e anniversaire intitulé…

ESSENCE

Dans le cadre de cette saison historique, Ballet Jazz Montréal a conçu un programme triple comprenant les pièces suivantes :

 

We Can’t Forget What’s His Name, une nouvelle création par Ausia Jones

Ten Duets on a Theme of Rescue par Crystal Pite

Les Chambres des Jacques par Aszure Barton

 

Ce programme anniversaire, coproduit par le Centre national des Arts et Danse Danse, rend hommage aux racines de la compagnie mais sert aussi de tremplin à une nouvelle vision artistique – un équilibre entre l’ADN de la compagnie et l’évolution de sa mission dans le prochain demi-siècle.

 

ESSENCE sera présenté en première mondiale à Saint-Sauveur le 6 août 2022, dans le cadre du Festival des arts de Saint-Sauveur.

Pour réserver vos billets (à partir du 15 mai)

 

De plus, le programme triple sera présenté au Centre national des arts à Ottawa  les 11 et 12 août.

Pour réserver vos billets (à partir du 2 mai)

 

Pour en savoir plus sur cette production, veuillez consulter la page officielle ESSENCE sur notre site, téléchargez le communiqué de presse officiel, ou lire le programme officiel.

 

Artistes interprètes : Saskya Pauze-Begin & Andrew Mikhaiel
Photographe : Sasha Onyshchenko
Conception graphique : Tony Bougiouris

Artistes interprètes : Shanna Irwin & Yosmell Calderon Mejias
Photographe : Sasha Onyshchenko
Conception graphique : Tony Bougiouris

Artistes interprètes : Marcel Mejia
Photographe : Sasha Onyshchenko
Conception graphique : Tony Bougiouris

Auditions à Montréal!

Ballets Jazz Montréal, sous la direction artistique d’Alexandra Damiani, est à la recherche de deux solistes avec expérience et techniques de haut calibre pour un contrat d’une saison comprenant des tournées nationales et internationales.

Le répertoire comprend des œuvres d’Andonis Foniadakis, Ihsan Rustem, Annabelle Lopez Ochoa, Aszure Barton, Juliano Nunes et Anne Plamondon.

Les interprètes devront démontrer une solide expérience en ballet et en danse contemporaine.  Une capacité d’apprendre rapidement les chorégraphies et démontrer un niveau supérieur de compétences dans le travail avec partenaire(s) sont hautement recommandé. Les artistes devront également soutenir les valeurs fondamentales qui guident l’organisation : curiosité, engagement, participation, recherche, résolution de problèmes, collaboration, énergie positive et créativité.

Ballets Jazz Montréal met à l’honneur son histoire dynamique, fondée dans la création et l’accessibilité, tout en favorisant un environnement de travail positif, respectueux, inclusif et inspirant. 

 

QUAND :
Samedi, le 12 mars 2022

LIEU :
Montréal, Québec, CANADA. Plus de détails lors de l’inscription.

DATE LIMITE DE CANDIDATURE :
La date limite d’inscription à l’audition de Montréal est maintenant passée. Nous n’acceptons plus de candidatures.

 

COMMENT S’INSCRIRE: 
Les personnes intéressées doivent d’abord s’inscrire puis envoyer également les documents suivants :

Un CV à jour (1page)
1 photo de casting (portrait)
1 photo plein pied (en mouvement)
Un lien vidéo d’un maximum de 3 minutes, vous montrant clairement danser (sans mot de passe)

 

En raison des restrictions de capacité résultant de la pandémie en cours, le nombre de participants est limité et nous avons dû prendre la décision d’organiser l’audition sur invitation uniquement. 

Les candidats sélectionnés pour l’audition seront informés par courriel d’ici le 5 mars 2022.

En outre, un certificat de vaccination et une pièce d’identité avec photo seront demandés à l’arrivée au studio.

 

Merci de votre intérêt pour Ballet Jazz Montréal !

Visionnez le quatrième et dernier épisode de notre websérie!

 

Photo: Sasha Onyshchenko

 

C’est samedi dernier que s’est clôturée notre semaine de représentations au Théâtre Maisonneuve: nous avons pu vous retrouver, cher public, et vous présenter VANISHING MÉLODIES

Plongez dans les images exclusives de notre première, un moment émotif et mémorable. Nos artistes-interprètes, notre directeur de création, nos concepteurs, notre directrice artistique et même Patrick Watson vous ont livré leurs impressions et ce que leur évoque ce spectacle unique.

Nous sommes impatients de voir où VANISHING MÉLODIES nous mènera… restez à l’affût pour le découvrir!

VISIONNEZ L’ÉPISODE 4

OU

REGARDEZ LES AUTRES ÉPISODES DE LA WEBSÉRIE

Découvrez les derniers moments avant la PREMIÈRE de VANISHING MÉLODIES!

 

Photo: Sasha Onyshchenko

 

C’est déjà demain qu’aura lieu la première montréalaise de VANISHING MÉLODIES. Nous vous retrouvons enfin dans un théâtre, cher public, et nous ne pourrions avoir plus hâte!

Dans ce 3e épisode de notre websérie, découvrez entre autres la vision de notre directrice artistique Alexandra Damiani, qui a rejoint la compagnie l’été dernier.

Découvrez aussi les derniers moments de résidence, juste avant la grande première. Émotions et excitation sont au menu, autant chez nos interprètes que chez les concepteurs!

VISIONNEZ L’ÉPISODE 3

L’épisode de la semaine prochaine comportera des images exclusives de notre première montréalaise. 

Restez à l’affût!

REGARDEZ LES AUTRES ÉPISODES DE LA WEBSÉRIE

Dans les coulisses de VANISHING MÉLODIES: découvrez le 2e épisode de notre websérie!

 

Photo: Sasha Onyshchenko

 

Plus que quelques jours avant notre première montréalaise!

Nous vous dévoilons aujourd’hui le 2e épisode de notre websérie qui explore les coulisses de la création de cette nouvelle oeuvre.

Cet épisode vous propose de plonger avec nos artistes et concepteurs dans la toute première résidence consacre à VANISHING MÉLODIES, qui a eu lieu l’été dernier. Après des mois de travail en studio, voyez l’oeuvre prendre vie sur scène, grâce à aux éclairages, aux costumes et à la scénographie.

Le metteur en scène et directeur de création Eric Jean vous parlera davantage de l’aspect pluridisciplinaire de l’oeuvre. Entendez aussi les impressions de Brigitte Saint-Aubin, toute première comédienne à faire partie de la distribution d’un de nos spectacles.

Ça promet!

DÉCOUVRIR L’ÉPISODE 2

Il reste encore quelques billets pour nos représentations à Montréal!

Pour en apprendre plus sur spectacle ou pour réserver vos sièges, rendez-vous sur le site de Danse Danse. 

Dans les coulisses de VANISHING MÉLODIES: découvrez le 1er épisode de notre websérie!

 

La première de VANISHING MÉLODIES arrive à grands pas: elle aura lieu le 2 novembre prochain au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

En attendant le jour J, plongez avec nous dans notre websérie présentant les coulisses de la création!

Au fil des semaines, vous en apprendrez plus sur nos talentueux collaborateurs, sur l’univers et l’essence de l’oeuvre ainsi que sur tout le travail réalisé par nos artistes en studio et lors des résidences.

Cet épisode vous fera vivre une immersion dans les débuts de la création, et vous permettra de connaitre un peu mieux les processus créatifs de nos chorégraphes, du directeur de création et du scénographe. Découvrez aussi les premiers commentaires de Patrick Watson, que nous avons eu la chance d’accueillir en studio!

DÉCOUVRIR L’ÉPISODE 1

Il reste encore quelques billets pour nos représentations à Montréal!

Pour en apprendre plus sur spectacle ou pour réserver vos sièges, rendez-vous sur le site de Danse Danse. 

Coup d’envoi à notre 50e saison & dévoilement de notre murale!

 

Nous sommes plus qu’heureux de vous annoncer le lancement de notre 50e saison, qui célébrera cinquante ans d’histoire, de spectacles, d’innovation, de rencontres et surtout, d’émotions.

Pour donner le coup d’envoi à cette saison-anniversaire, la compagnie a créé, en collaboration avec l’organisme MU, la murale Hommage à Ballets Jazz Montréal, qui se retrouve en plein coeur du quartier Le Plateau-Mont-Royal, à Montréal.

Réalisée par Franco Égalité, l’oeuvre artistique constitue une façon pour la compagnie de redonner à cette ville dans laquelle elle a pris racine, il y a 50 printemps, et qui continue de l’inspirer aujourd’hui.

Cette murale s’inscrit dans la collection grandissante « Les Bâtisseur.es Culturel.es Montréalaise.s », lancée en 2010 par l’organisme MU. Ce projet rassembleur vise à reconnaître et mettre en lumière l’inestimable contribution des artistes de la métropole dans diverses disciplines artistiques.

Pour cette 50e saison, nous sommes heureux de lancer une programmation qui vous permettra, cher public, de revisiter le passé de la compagnie tout en vous projetant avec nous dans son futur prometteur.

Plusieurs éléments de programmation seront révélés dans les prochains mois. 
Restez à l’affût!

Entrevue avec Jeremy Raia, maitre de ballet de la compagnie!

 

Photo de Jeremy Raia

En cette 3e semaine de résidence, nous avons discuté avec Jeremy Raïa, notre maitre de ballet. Qui de mieux placé que lui pour nous en dire un peu plus sur l’œuvre,  lui qui a été impliqué dans toutes les phases de création? Il vous en dit également un peu plus sur son rôle dans la compagnie et dans la création, ainsi que sur sa vision de VANISHING MÉLODIES.

 

Selon toi, quel est l’objectif de réaliser une résidence à ce moment du processus créatif? 

À ce stade de la création, la résidence sera le moment où nous mettons tout en commun pour créer la production. C’est alors que tous les créatifs mettent leurs réalisations dans la même marmite pour parfaire la magnifique recette. La directrice artistique, les chorégraphes, les concepteurs d’éclairage et de costumes et, surtout, les danseurs, ainsi que d’innombrables autres personnes, ont travaillé ensemble, mais surtout séparément, pour peaufiner leurs ingrédients.

 

À quoi ressemble une journée typique de résidence?

Une journée typique pendant la résidence comprend la disposition des artistes sur la scène, la mise en place des lumières, le travail et l’évolution de la chorégraphie pour s’assurer qu’elle met en valeur les artistes et convient à la dramaturgie du spectacle. Ce n’est pas nécessairement la partie la plus excitante, mais c’est l’une des plus importantes étapes du processus.

 

Peux-tu expliquer ton rôle au sein de VANISHING MÉLODIES, depuis le début du travail quotidien en studio, mais aussi dans cette résidence? 

Au début, mon rôle était d’aider les chorégraphes à travailler avec nos danseurs. Il s’agit notamment de faire jouer la musique, de faire travailler les danseurs séparément sur les pas qui viennent tout juste d’être créés, de compter les pas, etc. Ensuite, j’ai fait répéter les danseurs sur ce qui a été créé, en les formant pour qu’ils puissent exécuter la chorégraphie du mieux qu’ils peuvent, en les guidant pour qu’ils respectent ou trouvent l’intention souhaitée par le chorégraphe. Mon objectif, et probablement ce que je préfère, est d’amener les danseurs dans un état où ils ont la liberté de trouver leur propre cheminement pour arriver à l’état souhaité par les créateurs, ce qui, à son tour, inspire l’évolution de la création. Lorsque nous sommes passés à la deuxième partie de la création de la production, j’ai ajouté d’autres éléments à mon travail. Je m’assure que les danseurs soient dans le bon éclairage et au bon endroit, je veille à ce qu’ils soient conscients de tout changement chorégraphique, puis j’apprends moi-même ces éléments pour pouvoir les mettre en scène en tournée. Je serai aussi le représentant des danseurs s’il y a des éléments qui surviennent pendant la construction et qui,  peut-être, pourraient les empêcher d’exécuter la chorégraphie de la meilleure façon.

 

Selon toi, quelles sont les qualités importantes à avoir pour être un bon maître de ballet?

À mon avis, les qualités les plus importantes d’un maître de ballet sont… une bonne écoute, une bonne direction, être passionné, honnête et humble.

 

Si tu avais à décrire la créature, en 3 mots, quel seraient-ils?

Différente, théâtrale, texturée.

 

Connaissais-tu l’oeuvre de Patrick Watson avant VANISHING MÉLODIES? Qu’est-ce que sa musique t’inspire?

Bien sûr, je connaissais déjà le travail de Patrick Watson. J’ai fait une playlist il y a des années, qui se trouve encore sur mon téléphone et qui s’intitule « warm up/chorégraphie/improv ». Elle comprend quelques chansons de Patrick. Sa musique se prête très bien à la danse et émotionnellement, elle peut vous transporter dans tellement d’endroits. Avant un spectacle, je m’y perdais pour me préparer au voyage que j’allais entreprendre. Je pense que c’est vraiment spécial que les artistes de BJM puissent utiliser cette musique comme récit narratif de leur voyage sur scène.

 

Comme tu le sais, la compagnie célèbre ses 50 ans cette année. Qu’est-ce que tu lui souhaite, pour les 50 prochaines années? 

Alors que BJM célèbre ses 50 années d’existence, je pense que Vanishing Mélodies est une belle façon, non seulement de célébrer ces 50 années passées, mais aussi de se lancer dans l’aventure des 50 prochaines années. Avec la musique d’un Montréalais, une nouvelle directrice artistique qui a dansé avec BJM et les artistes polyvalents de la compagnie, je pense qu’il y a de quoi être enthousiaste. Je suis heureux d’en faire partie et je ferai de mon mieux pour mettre à profit mon expérience afin d’aider chacun à déployer ses ailes.

Entrevue avec Pierre-Étienne Locas, scénographe de l’oeuvre VANISHING MÉLODIES!

 

Toute l’équipe artistique et technique vit présentement une véritable immersion dans VANISHING MÉLODIES, s’adonnant depuis plusieurs jours déjà à la toute première résidence de création consacrée à l’œuvre. Cette résidence est essentielle, puisqu’elle permet entre autres aux artistes de se familiariser avec la scénographie de la création. Ces décors jouent un rôle primordial : ils constituent l’univers et le cadre dans lesquels se déroulent l’histoire racontée par les mouvements des danseurs.

Nous nous sommes entretenus avec le scénographe Pierre-Étienne Locas, pour qu’il vous en dise un peu plus sur son métier et sa place dans cette création.

 

Pouvez-vous nous expliquer votre rôle au sein de l’œuvre VANISHING MÉLODIES ainsi qu’au sein de cette résidence?

En tant que scénographe, mon rôle est de concevoir en lien avec la thématique du spectacle et la vision du metteur en scène l’espace/l’univers de la représentation. Cette résidence nous permettra de s’approprier et d’éprouver ce que nous avons imaginé.

 

 

Quel est le processus lorsque vient le temps de créer les décors pour une œuvre?

Ce sont d’abord des discussions avec le metteur en scène afin de nommer les thématiques que nous souhaitons explorer, l’angle que nous prendrons et le rôle qui sera attribué à la scénographie. S’en suivent des explorations préliminaires, je cherche sur papier, en modélisation et en maquette, une architecture scénique qui incarnera nos intentions artistiques. Finalement, c’est la réalisation en atelier des éléments de décors conçus.

 

 

Quels sont les éléments à prendre en considération lorsqu’on crée des décors pour une œuvre dansée?

Bien sûr, l’espace chorégraphique ainsi qu’un recouvrement de sol adéquat pour les danseurs, mais aussi les réalités techniques d’un spectacle de tournée. Il faut considérer les paramètres tout en tâchant de conserver le signifiant scénographique.

 

 

Selon vous, quelles sont les qualités primordiales pour être un bon scénographe?

Imagination, poésie et collaboration.

 

 

Si vous aviez à décrire en 3 mots les décors que vous créés pour l’œuvre jusqu’à présent, quels seraient-ils?

Reflet de réalité.

 

 

Connaissiez-vous l’œuvre de Patrick Watson avant de travailler sur VANISHING MÉLODIES? Qu’est-ce que son œuvre vous inspire?

Je la connaissais peu. C’est pour moi une musique qui vient des profondeurs. Pendant que nous naviguons en surface, une sorte d’appelle d’en-dessous, quelque part loin en bas.

 

Quelles sont vos aspirations pour l’œuvre VANISHING MÉLODIES, mais aussi pour votre futur, en tant que scénographe?

Participer à la création d’un spectacle qui saura émouvoir : c’est toujours cela qui m’anime.

 

Comme vous le savez, la compagnie fête cette année ses 50 ans. Qu’est-ce que vous lui souhaitez, pour les 50 prochaines années?

De créer dans le plaisir et de rencontrer son public avec ce même plaisir, encore et encore.

 

Entrevue avec Marie Chantale Vaillancourt, conceptrice des costumes de l’oeuvre VANISHING MÉLODIES!

 

VANISHING MÉLODIES  réunit de multiples concepteurs et artistes talentueux qui s’affairent à raconter à l’unisson,  par leur art respectif,  une histoire qui transportera le spectateur.

Nous nous sommes entretenus avec la conceptrice des costumes, Marie Chantale Vaillancourt, qui nous invite à plonger dans son univers et à découvrir ce qui l’inspire pour cette création.

 

Quel est le processus lorsque vient le temps de créer des costumes de A à Z pour une œuvre?

Le tout débute habituellement par une rencontre ou un échange avec le metteur en scène et/ou le/la chorégraphe pour discuter de la direction artistique du spectacle et mettre en commun nos inspirations. J’ai toujours besoin de voir les danseurs bouger en début de processus et de pouvoir suivre l’évolution du travail chorégraphique est vraiment inspirant pour moi. Ça me permet de cerner la bonne intention pour orienter ma recherche afin de trouver les images justes pour mes tableaux d’inspiration qui me mèneront aux esquisses des costumes à présenter à l’équipe artistique.

À partir de là, tout s’enchaine : choix des tissus, rencontres avec les artisans qui fabriqueront les costumes, essayages, validations puis répétitions en costumes et ajustements au besoin jusqu’à la première!

 

Quels sont les éléments à prendre en considération lorsqu’on crée des œuvres pour la danse?

Le mouvement, le mouvement et … le mouvement! En fait, le costume doit bien sûr permettre au danseur de pouvoir bouger librement et sans contrainte, techniquement adapté, ni trop glissant ni trop adhérent, surtout pas trop chaud, mais il se trouve également à avoir la possibilité de sublimer le corps et amplifier l’expression et les subtilités de la chorégraphie.

 

Selon vous, quelles sont les qualités primordiales pour être un bon concepteur.rice de costumes?

Au-delà de l’imagination et des connaissances techniques, il faut avant tout aimer travailler avec des corps en mouvement. Ils sont notre matière première, bien avant les tissus à partir desquels nous en créerons des personnages. On doit pouvoir avoir l’humilité d’être au service d’une œuvre et à l’écoute des besoins… Le dialogue entre le/la concepteur.trice de costume, les chorégraphes et le metteur en scène dans ce cas particulier d’une part, et avec les danseurs d’autre part, est primordial.

 

Si vous aviez à décrire en 3 mots les costumes que vous créés pour l’œuvre jusqu’à présent, quelles seraient-ils?

Fluides, enveloppants, poétiques…

 

Connaissiez-vous l’œuvre de Patrick Watson avant de travailler sur VANISHING MÉLODIES? Qu’est-ce que son œuvre vous inspire?

J’ai beaucoup d’admiration pour le travail de Patrick Watson que j’ai eu le plaisir de voir en spectacle à plusieurs reprises! Sa musique revient de façon récurrente sur mes listes d’écoute que je fais jouer quand je dessine. J’aime le mélange d’intimité et d’intensité dans lequel son univers me plonge.

 

Qu’est-ce que cela représente pour vous, concevoir des costumes pour les Ballets Jazz de Montréal?

Au-delà du plaisir de pouvoir créer pour BJM, avoir la chance de le faire à l’invitation d’Eric Jean pour ce spectacle en particulier, sur une musique qui me fait vibrer, est un honneur que je ne pouvais pas refuser!

 

Quelles sont vos aspirations pour l’œuvre VANISHING MÉLODIES, mais aussi pour votre futur, en tant que conceptrice de costumes?

J’espère que Vanishing Mélodies touchera son public tout autant que le fait la musique de Patrick Watson en nous amenant dans un univers évocateur, rempli d’onirisme et d’émotions…

Quant à moi, pouvoir continuer à créer sur des projets aussi stimulants avec des équipes de rêve encore longtemps…que demander de plus!

 

Comme vous le savez, la compagnie fête cette année ses 50 ans. Qu’est-ce que vous lui souhaitez, pour les 50 prochaines années?

Je souhaite à BJM reconnaissance et pérennité, ainsi que des moyens à la hauteur de la qualité de ses créations complexes et recherchées quoi que toujours accessibles. Que ses oeuvres puissent être appréciées par des publics fidèles mais aussi grandissants, curieux et touchés par les riches univers explorés par la compagnie.

De merveilleuses années de création ponctuées de succès sur la route vers le 100e anniversaire : longue et créative vie à BJM, et un festif 50e!